Une touche d’exotisme

Très en vogue auprès des créateurs de jardins, la famille des hostas mérite d’être mieux connue. Appréciés pour leurs feuillages décoratifs, les hostas offrent une très belle floraison estivale, qui peut se prolonger huit semaines en arborant des petites clochettes mauves ou rose pâle, parfois lilas rayées de violet.

Un peu d’histoire:

L’histoire des hostas comme plantes de jardin a commencé au Japon au XVIIème siècle. On doit à Engelbert Kaempfer, un médecin allemand, les premières gravures et descriptions d’hostas, mais c’est un français, Charles de Guignes, consul de France à Macao, qui en expédia les premières graines en Europe entre 1784 et 1789. La plupart des nouvelles obtentions d’hostas proviennent des Etats-Unis, multipliés in vitro.

Une grande famille :

Le genre Hosta appartient à la famille des liliacées comme le Gloriosa, la tulipe, l’oignon, le poireau, le lis , et quelques 250 genres et plus de 3 500 espèces.

C’est une plante vivace rhizomateuse, qui se décline en 70 espèces environ, et de très nombreux cultivars (variétés d’origine horticole).

Les anglais appellent l’hosta « lis plantain », en raison de la dorme de ses feuilles aux nervures parallèles qui rappellent cette mauvais herbe.

Facile à vivre :

C’est une plante de culture très facile qui ne demande quasiment pas d’entretien. Elle résiste sans problème aux hivers rigoureux. Comme la plupart des vivaces, le feuillage disparaît complètement en hiver et réapparaît, un peu tardivement mais fidèlement chaque printemps. L’hosta se plaît partout sauf au soleil brûlant, optez de préférence pour un sol plutôt frais et humide.

L’hosta résiste à tout sauf aux limaces qui en raffolent, protégez-le ! Sa taille varie selon l’espèce : de 10 à 80 centimètres environ.

Comment multiplier les hostas?

La grande majorité des hostas cultivés étant des hybrides, le semis ne reproduit pas fidèlement les caractères de la plante mère. La multiplication se fait donc par division des grosses touffes au printemps (mars-avril) ou en fin d’été (septembre). Arrachez la plante avec une fourche bêche pour ne pas blesser ses racines charnues, puis découpez des tronçons de la souche, comportant au moins une jeune pousse racinée.

Astuces de pro :

Achetez de préférence des plantes déjà bien développées dans un conteneur, plutôt que des toutes jeunes plantes en godets, dont la reprise s’avère souvent plus délicates. Une fois bien installées, évitez de les déplacer, les racines charnues sont en effet assez fragiles. En revanche, vous pourrez les diviser tous les quatre ou cinq ans.