Mieux connaître l’Afrique durant son voyage : les interdits

Les terres africaines sont bien connues pour l’attachement de ses habitants aux valeurs traditionnelles. Parmi ces valeurs figurent un grand nombre d’interdits. Il est à remarquer que certaines interdictions ont trait à des choses tout à fait normales sous d’autres cieux, et qu’il est alors souvent difficile pour le visiteur d’en saisir les raisons ou les explications. D’ailleurs, peu arrivent vraiment à en donner des explications conséquentes. Cependant, il faut connaître ces interdits pour pouvoir en apprendre davantage sur l’Afrique et ses peuples.

À découvrir en Afrique : des choses interdites durant les heures tardives

Depuis les temps anciens, la nuit a toujours été associée au mystère. Il est alors facile de comprendre pourquoi un grand nombre de tabous et d’interdits y sont associés. En voici des exemples…

  • Faire sa toilette tard dans la nuit — Vous allez remarquer lors de votre séjour en Afrique que pour certaines ethnies, il est tabou de se laver tard dans la nuit. Ainsi, certains peuples défendent aux enfants de se laver à partir de minuit, afin d’éviter à leurs pieds de se putréfier. Pour d’autres, cependant, il est possible de faire sa toilette durant la nuit à condition de mettre une braise de charbon dans leur seau d’eau.
  • Il est prohibé de balayer ou bien de ramasser les ordures durant la nuit — S’il vous arrivait de balayer votre chambre tard dans la nuit, les anciens vous interdiraient de ramasser vos ordures. Dans certains cas, il est même défendu à la femme de balayer la cour à une heure tardive. Cela, de peur de mettre un trésor à la poubelle, la vue n’étant pas très bonne durant la nuit.

Les interdictions pour la femme durant sa période de grossesse

C’est depuis le temps jadis qu’en Afrique une femme enceinte est regardée comme extrêmement fragile. De ce fait, un grand nombre de peuples du Berceau de l’humanité accordent pour elle énormément d’égard. C’est ainsi qu’au fil du temps, de par l’observation de la nature, chaque groupe social a établi différents mythes et croyances incluant des interdits dans le but d’éviter à la mère et à son bébé les effets nuisibles du monde extérieur et même venant de la sphère spirituelle.

Par exemple, certaines ethnies togolaises et sénégalaises pensent que pendant sa grossesse, la femme peut être en proie à l’influence des esprits malfaisants qui voudraient l’utiliser dans le but d’entrer en contact avec le monde des humains et porter atteinte à sa progéniture. Ainsi, puisque l’on considère que les mauvais esprits attaquent habituellement pendant la nuit, il est alors défendu à la femme enceinte de sortir de la maison à partir du crépuscule. De plus, toujours afin de protéger la mère et son enfant, il lui est préconisé de garder sa grossesse secrète le plus longtemps possible. En outre, chez les Dogons (un peuple du Mali), une femme peut constituer une menace pour la société durant sa période de grossesse. En effet, ils considèrent que son état est proche de l’immatériel et peut être même maléfique. Sa puissance surnaturelle pourrait alors porter préjudice à la communauté. C’est pourquoi cette communauté malienne défend la femme enceinte de se rendre dans les plantations, de peur qu’elle ne nuise à la récolte.